Alors que les vins du nouveau monde commençaient à faire parler d’eux il y a une quarantaine d’années, aux Etats-Unis, en Australie, en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande puis en Argentine et au Chili, les vins de l’ancien monde sont eux étonnamment plus récents. Cet ancien monde du vin, c’est celui où la vigne prospérait il y a bien plus de 2000 ans et qui aujourd’hui regroupe, autour de la Méditerranée et en Europe centrale, aussi bien de très anciens pays comme la Grèce que des pays jeunes nés au 20ème siècle après les guerres et l’éclatement du bloc soviétique comme l’Arménie, la Géorgie ou Israël, et dont les vieux vignobles renaissent.
Dans cette première partie, petit coup d’œil sur le vignoble israélien.

Israël fait bien partie de l’ancien monde du vin. Des cuves et des pressoirs attestent de la présence de la vigne en Israël il y a plus de 6000 ans. Avec le siège de Jérusalem en 632 et la conquête musulmane de la Palestine, la culture de la vigne disparaît ensuite pendant plus de 12 siècles … pour ne réapparaître que vers 1880 avec des colons français et allemands.

Le pionnier de la viticulture israélienne moderne, c’est véritablement le Baron Edmond de Rothschild, dont la famille est propriétaire de Château Lafite à Pauillac, et qui, lors d’un voyage en Israël en 1882, crée le domaine Carmel Mizrachi, devenu aujourd’hui le célèbre Carmel Winery. Il y fait progressivement replanter le vignoble avec les cépages bordelais (Cabernet-Sauvignon, Merlot, Cabernet Franc, Petit-Verdot). Cependant, jusque dans les années 1970, ce sont les cépages productifs comme l’Aramon, l’Alicante ou le Carignan qui dominent très largement le vignoble israélien, alors presqu’exclusivement un vignoble de plaine.

Le domaine du Carmel replante le Cabernet-Sauvignon en 1976 et marque ainsi le démarrage de l’encépagement moderne du vignoble israélien : Chardonnay, Sauvignon, Riesling et Gewurztraminer pour les blancs, Syrah, Pinot Noir, Merlot ou encore Sangiovese pour les rouges. Le vignoble s’élève progressivement dans les collines de Jérusalem puis le plateau du Golan et les montagnes de Galilée jusqu’à 800 mètres d’altitude. Bon nombre de vins israéliens restent encore de bons vins sans beaucoup d’âme, élaborés sur un modèle international standardisé, mais de grands vins naissent dans les années qui suivent, avec en particulier le Domaine du Castel, Golan Heights Winery ou Carmel Winery.

Une nouvelle révolution s’opère ensuite au début des années 2000 avec une génération de jeunes vignerons, formés dans le sud de la France, en Espagne et en Italie, en Australie et aux États-Unis, qui souhaitent se tourner vers les cépages méditerranéens : Grenache, Mourvèdre, Syrah, Tempranillo, Carignan. De petits domaines voient le jour qui mettent en avant leur terroir et le travail de la vigne.

Partez à la découverte des vins d’Israël, du Domaine du Castel fondé en 1988 par Eli Ben-Zaken et de Golden Heights Winery.