Un petit rappel utile sur ce que sont les vins élaborés avec des pratiques agricoles naturelles et que l’on peut regrouper en 3 catégories :

La viticulture biologique : les vins issus de l’agriculture biologique sont identifiés par le label AB. Les vignes doivent être conduites selon un cahier des charges précis incluant l’interdiction des désherbants chimiques et des produits de traitement de synthèse. Le vignoble est protégé uniquement avec des produits chimiques d’origine naturelle comme le dioxyde de soufre (contre l’oïdium) et le sulfate de cuivre (contre le mildiou). La vinification doit également suivre un rigoureux cahier des charges avec en particulier un dosage en sulfites limité à 100 mg/l pour les vins rouges et 150 mg/l pour les vins blancs.

La biodynamie : c’est un ensemble de pratiques appliquées à la vigne afin de réduire très significativement le nombre d’intrants nécessaires pour la vinification et qui peut venir en sus d’une viticulture biologique. La biodynamie requiert un engagement très fort du vigneron et lui impose des contraintes strictes dans le travail de la vigne : préparations issues de matières végétales (décoctions de plantes), animales et minérales appliquées sur la vigne à des moments précis en fonction des cycles de végétation et en rapport avec le calendrier lunaire et planétaire, travail du sol par des labours. Demeter est le principal organisme de certification des vins biodynamiques. Il autorise moins d’intrants que la viticulture biologique et limite les doses de SO2 à 70 mg/l pour les vins rouges et 90 mg/l pour les vins blancs.

Les vins naturels : ils sont souvent le résultat d’un choix de vie par des vignerons indépendants, avec une production en petites quantités sur des vignobles à faible rendement, à partir de raisins biologiques, travaillés sans désherbants, pesticides, engrais ou autres produits de synthèse, des raisins vendangés à la main sans intervention pouvant altérer la vie bactérienne du vin et sans ajout de produit chimique. L’utilisation des sulfites est nulle ou si nécessaire, limitée à de très faibles quantités avec des doses de SO2 tolérées de 30 mg/l pour les vins rouges et 40 mg/l pour les vins blancs.

Les vins issus de la viticulture raisonnée n’entrent pas dans la catégorie des vins bios. Ces vins sont élaborés avec des modes de production qui limitent les impacts négatifs sur l’environnement, par exemple en limitant l’emploi de produits phytosanitaires pour le traitement de la vigne. Le dosage en sulfites est limité à 150 mg/l pour les vins rouges et 200 mg/l pour les vins blancs, comme pour les vins issus de la viticulture traditionnelle.